30/04/2012

Les Âmes Grises - Philippe Claudel

les ames grises.jpg

Elle ressemblait ainsi à une très jeune princesse de conte, aux lèvres bleuies et aux paupières blanches. Ses cheveux se mêlaient aux herbes roussies par les matins de gel et ses petites mains s'étaient fermées sur du vide. Il faisait si froid ce jour-là que les moustaches de tous se couvraient de neige à mesure qu'ils soufflaient l'air comme des taureaux. On battait la semelle pour faire revenir le sang dans les pieds. Dans le ciel, des oies balourdes traçaient des cercles. Elles semblaient avoir perdu leur route. Le soleil se tassait dans son manteau de brouillard qui peinait à s'effilocher. On n'entendait rien. Même les canons semblaient avoir gelé. - C'est peut-être enfin la paix... hasarda Grossies. - La paix mon os ! lui lança son collègue qui rabattit la laine trempée sur le corps de la fillette. »

 

Prix Renaudot 2003, élu Meilleur livre de l'année 2003 par la rédaction de Lire, Grand prix 2004 des lectrices de Elle.

Adaptation cinématographie sortie en 2005 : Réalisation de Yves Angelo avec Jean-Pierre Marielle, Jacques Villeret, Marina Hands.  Je n'ai pas vu le film.

SourireSourireSourire Une écriture superbe.  On ne peut pas quitter ce livre, tant l'histoire est prenante.  Beaucoup de sentiments passent au travers de ce récit, entre autres la souffrance morale des personnages.

 

Lu en février 2006

10:59 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.